• Madame Rêve aime aussi ... 

     

    Il faut, dans ce bas monde, aimer beaucoup de choses,
    Pour savoir, après tout, ce qu'on aime le mieux,
    Les bonbons, l'océan, le jeu, l'azur des cieux,
    Les femmes, les chevaux, les lauriers et les roses.

    Il faut fouler aux pieds des fleurs à peine écloses ;
    Il faut beaucoup pleurer, dire beaucoup d'adieux.
    Puis le coeur s'aperçoit qu'il est devenu vieux,
    Et l'effet qui s'en va nous découvre les causes.

    De ces biens passagers que l'on goûte à demi,
    Le meilleur qui nous reste est un ancien ami.
    On se brouille, on se fuit. Qu'un hasard nous rassemble,

    On s'approche, on sourit, la main touche la main,
    Et nous nous souvenons que nous marchions ensemble,
    Que l'âme est immortelle, et qu'hier c'est demain.

    Alfred de Musset (recueil : Poésies nouvelles)

     


    votre commentaire
  • Madame Rêve aime ... 

     

    Madame rêve

     

    «Madame rêve d'atomiseurs

    Et de cylindres si longs

    Qu'ils sont les seuls

    Qui la remplissent de bonheur

    Madame rêve d'artifices

    De formes oblongues

    Et de totems qui la punissent

     

    Rêve d'archipels

    De vagues perpétuelles

    Sismiques et sensuelles

     

    D'un amour qui la flingue

    D'une fusée qui l'épingle

    Au ciel

    Au ciel

     

    On est loin des amours de loin

    On est loin des amours de loin

    On est loin

     

    Madame rêve ad libitum

    Comme si c'était tout comme

    Dans les prières

    Qui emprisonnent et vous libèrent

    Madame rêve d'apesanteur

    Des heures des heures

    De voltige à plusieurs

     

    Rêve de fougères

    De foudres et de guerres

    A faire et à refaire

     

    D'un amour qui la flingue

    D'une fusée qui l'épingle

    Au ciel

    Au ciel

     

    On est loin des amours de loin

    On est loin des amours de loin

    On est loin

     

    Madame rêve

    Au ciel

    Madame rêve

    Au ciel

    Madame rêve»

     

    Alain Bashung


    2 commentaires
  • La liberté

    Tess a 18 ans. Pour la première fois depuis fort longtemps elle ressent comme un sentiment de liberté, un sentiment presqu'inconnu. Demain elle part, pour six semaines. Six semaines de stage dans une ville côtière sur l'Atlantique, six semaines d'entière liberté ! Elle a hâte …

     

    Son beau-père l'emmène en voiture, le voyage n'est pas très long, quelques heures. Il ne fait confiance à personne son beau-père, pas même à la sncf. Il va rester une nuit sur place pour tout contrôler avant de la laisser, son logement, l'environnement, sa directrice de stage … Enfin, le dimanche matin, il s'en va ! Tess a envie de lui dire : adieu, et ne reviens jamais, sors de ma vie pour toujours ! Mais elle n'ose pas.

     

    Le travail n'est pas très compliqué, accueillir les gens, les accompagner dans leur location, décrire les alentours … S'essayer aussi à parler anglais et allemand, avec certains clients ; c'est amusant ! Tess est sociable et intéressée, elle s'entend vite très bien avec la deuxième stagiaire hollandaise, avec qui elle partage son logement, Isabella.

     

    Cette nouvelle vie lui plait, beaucoup, trop ; surtout ne pas y prendre goût … Oublier que depuis si longtemps elle vit dans le déni … Pendant les pauses Tess peut disposer de la piscine librement, et d'un vélo aussi. Elle en parcourt des kilomètres pour aller en ville, à la plage. Elle découvre avec ravissement les énormes vagues du sud-ouest, s'y jeter comme une enfant sans crainte ! Se rouler dans les dunes, courir dans tous les sens, profiter du soleil !

     

    Le soir Isabella aime sortir, l'emmener traîner dans les bars, danser ; la vie d'une jeune fille de dix-huit ans ! C'est le début des aventures, des tentations, tout ce à quoi Tess n'a jamais eu droit avant. Tess n'a pas conscience des risques et des dangers, elle s'y jette à corps perdu ! Beaucoup trop d'alcool … Mais quelle joie ces fêtes autour d'un feu sur la plage avec ses nouveaux amis qui viennent de partout en Europe, avec leur van, découvrir la France. Un peu de tabac, d'herbe, mais ce n'est pas son truc ! Et puis de nouveaux émois, amoureux, sensuels … avec ce beau garçon d'outre-Manche, qui est fou d'elle ! Et ça lui fait un bien fou toutes ces émotions, une impression de vivre enfin, de ressentir, de profiter, d'aimer la vie ! Et elle savoure, elle savoure ! Avec avidité !

     

    Les semaines passent vite, trop vite ! Déjà son beau-père est de retour, pour la ramener à la maison. Mais elle profite quand même de son sommeil pour passer quelques dernières heures de volupté avec son amoureux, et dire adieu aux uns et aux autres, qu'elle a tant aimés rencontrer ! Les adieux sont difficiles, son cœur est lourd, elle n'a pas envie de retourner à sa réalité quotidienne, auprès de sa famille …

     

    Le voyage retour est sinistre, Tess n'a pas envie de parler, juste fermer les yeux et revivre ces semaines passées … Ce qu'elle ignore encore, c'est que la vraie liberté n'est plus très loin.

     

    Madame Rêve, décembre 2013

     


    1 commentaire
  • Dimanche pluvieux

     

    Tess a 7 ans. Elle passe quelques jours à l'hôpital, une simple opération de l'appendicite, qui s'est très bien déroulée. Tess est une enfant courageuse et qui n'a peur de rien !

    Elle apprécie bien ce passage à l'hôpital, en fait. Tout le monde la choie, on lui offre des cadeaux, elle reçoit de douces attentions … Même son papa, qui sort peu de chez lui, est venu lui rendre visite ! Et il lui a offert deux livres, un sur les chiens, un sur les oiseaux. Quel moment privilégié ! Les infirmières sont des amours, drôles, gentilles, aux petits soins. Un moment si rare dans sa vie de petite fille.

    Sa maman se fait plus rare depuis quelques jours ; elle est très occupée avec ses deux sœurs, ce premier travail éreintant après la séparation, la maison à gérer … Et puis surtout ce nouvel amoureux, à qui elle donne un prénom de femme devant ses enfants, mais Tess n'est pas dupe ! Elle voit bien que sa maman qu'elle aime plus que tout est folle amoureuse de ce type ! Elle l'a rencontré déjà, plusieurs fois, il a l'air gentil, drôle, souriant. Mais il commence à être bien trop présent au goût de Tess dans la vie de sa maman !

    Elle rentre à la maison mardi, après une petite semaine, et le bas ventre un peu douloureux (mais elle ne pense qu'à remonter sur ses patins à roulettes!). C'est dimanche, le déjeuner est terminé, il pleut, il pleut incroyablement en ce début d'été ! Tess attend la visite de sa maman, plus que tout ; elle a hâte de la voir, de lui raconter les farces des aide-soignantes pour la distraire, de lui dire comme elle l'aime, oh oui comme elle l'aime !

    Le début d'après-midi passe, maman n'est toujours pas là ! Tess pleure, beaucoup, beaucoup de larmes de petite fille hospitalisée … Elle demande à la gentille jeune femme de l'installer avec son fauteuil et une couverture derrière la porte vitrée, pour mieux accueillir sa maman chérie.

     

    Mais … maman n'est pas venue …

     

    Madame Rêve, décembre 2013

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique